Acouphène

Un acouphène est la perception d’un son sans stimulus. Il peut être perçu dans l’une ou l’autre des oreilles, parfois les deux ou dans la tête.

Ces sifflements ou bourdonnements d’oreille concerneraient en France 2,5 millions d’individus souffrant d’acouphènes et d’hyperacousie dont 250 000 personnes très invalidées. Mais le chiffre réel se situerait plutôt autour de 8 millions (chiffres JNA février 2014) notamment car les personnes n’osent pas en parler.

La dernière étude datée du 4 mars 2014 de l’IPSOS et de la JNA fait même état d’1 français sur 4 souffrant de bourdonnement d’oreilles soit 3 710 000 personnes acouphéniques définitifs et 12 290 000 personnes acouphéniques chroniques.

L’hyperacousie est une réponse anormalement forte, voire douloureuse, du système auditif au bruit et aux sons perçus.

Les personnes souffrant du symptôme d’acouphène et d’hyperacousie peuvent également avoir un ressenti d’anxiété et de déprime. Or, cet état psychologique « entretiendrait » la perception négative de l’acouphène d’après certains travaux sur la perception du signal acouphène.

untitled

Après qu’un bilan auditif complet ait été réalisé et après conseil d’un médecin, la sophrologie peut être proposée aux acouphéniques afin de leur permettre de prendre en charge ce symptôme – comme c’est notamment explicité dans l’émission de France 5 Allo Docteurs en leur transmettant des techniques pour :

  • Défocaliser son attention de l’acouphène grâce à une attention aux repères corporels
  • Mieux  gérer le stress  et permettre au système nerveux de s’apaiser et d’ainsi moins amplifier la perception de l’acouphène
  • Enrichir son environnement sensoriel en apprenant à vivre autrement ce « bruit intérieur»

J’ai travaillé pendant 4 ans avec une équipe pluridisciplinaire de prise en charge du symptôme acouphène, l’AERA = l’Association d’Etude et de Recherche en Acouphénologique composée de :

Le rôle du sophrologue, dans ce type de structure,  est de travailler en collaboration avec les thérapeutes en respectant une déontologie précise.

Je poursuis désormais cet accompagnement rigoureux et attentif dans un accompagnement individuel à mon cabinet au 2 rue des laitières à Vincennes

J’ai fait partie depuis sa création en 2010 du  Pôle Sophrologie et Acouphènes, autour de Patricia Grévin, auteur de « Acouphènes, les soulager avec la sophrologie« , ce pôle réunissant des sophrologues  professionnels formés et expérimentés sur les problématiques de l’acouphène et de l’hyperacousie

IMPORTANT
Le sophrologue ne se substitue pas au médecin ORL, il transmet au patient envoyé par le médecin ORL des méthodes sophrologiques éprouvées  mais qui ne sont pourtant pas reconductibles exactement d’une personne à l’autre, chaque vécu étant personnel.

Une étude est notamment en cours pour une validation scientifique du protocole sophrologique que j’utilise dans le cadre de mon accompagnement, détails sur l’Observatoire National de la Sophrologie.